5

Do you know « Irish Crochet » ?

Je traverse une de ces périodes où l’on est sûr de rien, où tout un tas de choses changent, sans certitude sur l’issue. Voilà une grande source de stress… Il fut un temps où j’aurais soulagé cette angoisse par une descente dans le frigo… Aujourd’hui, je fais du crochet !

J’avais besoin d’un défi… Et, en me baladant sur Instagram, j’ai vu ceci : les publications de Beelove_crochet !

Beelove_crochet

Ses publications portaient le #irishcrochet… C’est quoi cette bébête ???

Me voilà donc partie fouiller sur le net à la recherche d’infos sur la question.

Pour faire simple, c’est comme du « crochet normal », mais version « dentelle ». Le principe est de crocheter très fin dans le but d’obtenir des motifs. Ces motifs seront ensuite montés sur un filet (lui aussi crocheté) ou assemblés entre eux pour obtenir des ornements. On peut les décliner en bijoux, vêtements, etc…

Capture

 

Ça fait rêver, non ?

Le crochet est une technique relativement récente. Le « crochet d’irlande » a été popularisé par Mlle Riégo qui publia un livre dessus en 1846. Elle avait alors imaginé un procédé rapide permettant de copier la dentelle vénitienne, divisant par 10 le temps nécessaire pour réaliser un ouvrage similaire.

Ce qui caractérise le crochet irlandais est le crochetage en relief. Même si on utilise ici aussi les mailles serrées et les brides, on s’appliquera à réaliser ces points en relief. En effet, au lieu de piquer les points dans la maille entière, on le fera plutôt sur le bord externe de celles-ci. On travaillera aussi beaucoup le « point pop-corn », les picots et les arcs en mailles serrées.

Ces dernières années, la tendance vintage s’installe tranquillement, permettant le retour de cette technique que j’élève au rang d’art.

Capture

 

J’ai cherché une grille, me suis évanouie en la déchiffrant, puis me suis lancée ! Deux soirées en solitaire et le deuil de mon index gauche plus tard :

Capture

 

Il s’agit, bien sûr, d’une première tentative. Le coton est « épais » et mon crochet n°2 est « gros ». Mais avec la pratique, je crochèterai de plus en fin et donc je tendrai de plus en plus vers l’effet dentelle recherché. Ce napperon sera intégré dans un prochain projet…

5

La trousse d’écolière (tuto)

Comme je vous le raconte depuis quelques semaines, je prépare (activement ou presque), la rentrée 2013.
En premier, je me suis attaquée à une trousse.

Pour réaliser cet ouvrage, vous aurez besoin :
– De fil et du crochet qui va bien
– De tissu (solide) pour la doublure (assorti à votre fil, de préférence)
– D’une fermeture zippée
– De fil à coudre et d’une aiguille (éventuellement d’une machine à coudre)
– D’un dé pour les maladroites (et je me mets dans le lot)
– Facultatif : beaucoup de patience !

Comme je suis du genre à me faciliter la vie (si si !), je me suis lancé un défi supplémentaire : ne pas acheter de fournitures supplémentaires et réaliser cette trousse uniquement avec mes fonds de tiroirs (enfin, plus précisément, mes fonds de coffres).

Etape 1 : le granny.

Ici, je me suis munie de coton très fin, de fil à repriser (tout se crochète…) et d’un crochet n°2. En suivant les instructions de mon tuto (ici), j’ai réalisé 15 carrés. Pour un effet patchwork, j’ai mélangé toutes les combinaisons de couleurs.

Si vous n’avez pas la patience de faire autant de carrés, vous pouvez très bien en faire moins et plus grands, voire un seul très grand. Le but est d’obtenir une pièce qui, pliée en 2, aura la dimension souhaitée pour la trousse.

Etape 2 : Assembler les carrés.

Si vous n’avez réalisé qu’un seul grand carré, ca vous concerne. Et pour les autres, suivez le guide !

Mes carrés étant bleus, j’ai choisi de trancher avec un joli jaune vif. Pour assembler les carrés, c’est très simple :

carré granny

Sur le même principe, on plie en deux le carré et on ferme les 2 bords latéraux.

Etape 3 : La doublure

Soit vous avez une patience d’ange et des petits doigts fée et vous le faites à la main… Soit vous êtes un peu pressée d’en finir et vous sortez votre bonne copine la machine à coudre !

Coupez un carré légèrement plus grand que votre pièce en crochet. Pliez-le en 2 et cousez les bords latéraux. Enfin, montez votre fermeture zippée sur le dernier côté ouvert.

trousse en crochet

Ici, dans mon souci de récup’ j’ai utilisé… Un fond de pantalon de sport déjà muni d’une fermeture zippée !

20130817_120213

Etape 4 : l’assemblage.

C’est le moment de vérité : on insère la « trousse doublure » dans la « trousse granny ».

Munissez-vous de fil, d’une aiguille (et d’un dé) et en avant ! Cousez délicatement votre granny le long de votre fermeture zippée et cousez ensembles les bords latéraux des 2 trousses pour une meilleure tenue de l’ensemble. Et… Ta Da !!!

Trousse granny

Cette trousse a déjà subi un tas de péripéties… Déjà, dans l’assemblage des granny. Je devais avoir le cerveau monté à l’envers que je n’arrivais jamais à les mettre dans le bon ordre et ai dû défaire des bordures une bonne dizaine de fois. Ensuite, mon gros chien d’amour a crû bon de m’aider en… défaisant plein de carrés !!! (et pleine nuit bien-sûr, sinon, ce n’est pas drôle ! ). Enfin, la blonde que je suis a attendu de se piquer pendant 1 heure les doigts avant d’avoir l’idée de sortir un dé à coudre… Enfin bref… On y est arrivé, c’est l’essentiel !

Voilà une idée simple et originale qui ravira les petites coquettes pour la rentrée !

0

C’est lundi, que crochetez-vous, cousez-vous, tricotez-vous, créez-vous… Bref, que faites-vous ? #15

En ce début de semaine, je suis heureuse d’annoncer que, sur la liste des fournitures de la rentrée, je peux rayer la trousse ! Après tout un tas de péripéties, j’ai enfin réussi à la terminer. Mais ce dont je suis fière, c’est d’avoir réussi à faire 100% de récup’ ! Merci Mamina d’avoir laissé plein de bobines de fil dans le « coffre à dentelles » !

Voici le résultat :

Trousse granny

Ce n’est pas pour autant que le granny va me quitter… Non non non !!! Cette fois, je m’attaque à une housse pour mon petit PC portable, toujours sur mode récup’ avec… de l’organza de mon mariage !  Soyons fous !

Pour cette semaine, je pense que ça va bien m’occuper… D’autant plus que, pour faire dans la simplicité, je me borne à crocheter du coton perlé avec un crochet n°2… Hein… Voilà voilà !

Pour clôturer cet article, je vous invite à méditer sur ces « Paroles de soleil » vues dans Grasse :

"L'heure passe, La peine s'oublie, L'oeuvre reste"

« L’heure passe,
La peine s’oublie,
L’oeuvre reste »

Pour en apprendre un peu plus sur les cadrans solaires et leurs maximes, voici un lien vers un artcle parue dans la Revue scientifique de Sciences Humaines et Sociales Temporalités

Et vous, que faites-vous cette semaine ?

2

C’est lundi, que crochetez-vous, cousez-vous, tricotez-vous, créez-vous… Bref, que faites-vous ? #15

En ce début de semaine, je suis heureuse d’annoncer que, sur la liste des fournitures de la rentrée, je peux rayer la trousse ! Après tout un tas de péripéties, j’ai enfin réussi à la terminer. Mais ce dont je suis fière, c’est d’avoir réussi à faire 100% de récup’ ! Merci Mamina d’avoir laissé plein de bobines de fil dans le « coffre à dentelles » !

Voici le résultat :

Trousse granny

Ce n’est pas pour autant que le granny va me quitter… Non non non !!! Cette fois, je m’attaque à une housse pour mon petit PC portable, toujours sur mode récup’ avec… de l’organza de mon mariage !  Soyons fous !

Pour cette semaine, je pense que ça va bien m’occuper… D’autant plus que, pour faire dans la simplicité, je me borne à crocheter du coton perlé avec un crochet n°2… Hein… Voilà voilà !

Pour clôturer cet article, je vous invite à méditer sur ces « Paroles de soleil » vues dans Grasse :

"L'heure passe, La peine s'oublie, L'oeuvre reste"
« L’heure passe,
La peine s’oublie,
L’oeuvre reste »

Pour en apprendre un peu plus sur les cadrans solaires et leurs maximes, voici un lien vers un artcle parue dans la Revue scientifique de Sciences Humaines et Sociales Temporalités

Et vous, que faites-vous cette semaine ?

0

Un gilet pour Cécyle… (liens vers tutos)

Des fois, la vie vous réserve de sacrées surprises. La rencontre avec Martine en fut une remarquable.

Non seulement c’est une personne intéressante avec un cœur en or, mais en plus, elle aime faire des choses avec de la laine ! Si si !

Lorsque nous nous sommes rencontrées, elle tricotait une adorable couverture pour un bébé à naître. Lorsque celle-ci a été terminée, je l’ai convaincue d’en faire le contour au crochet afin que la finition soit plus jolie. Elle n’était pas sure d’elle car elle n’avait pas pratiqué le crochet depuis un moment. Une fois la couverture vraiment terminée, je lui ai soumis l’idée de tenter autre chose… Et voilà, le projet gilet pour Cécyle, sa petite fille, était lancé !

Pour ce faire, j’ai recherché un modèle. Le Coin de Claire proposait une base facile à réaliser et Les petites créations de Rosalie le déclinait de façon originale.

Le plus dur a été de se lancer…

Pour l’adorable Cécyle, 19 mois, Martine a réalisé une chaînette de 61 mailles puis la partie du torse en brides simples sur 16 rangs.

Pour le bas du gilet, Martine a voulu réaliser le motif proposé par Rosalie… Seulement, elle a commis une erreur sur les rangs pairs… Erreur qui a été répétée tout au long de l’ouvrage… Rendant ainsi son motif unique et légèrement de biais. Personnellement je trouve ça très joli, surtout que le travail est très régulier.

Quelques semaines et trois boutons plus tard… Ta da !!!

gilet en crochet

 

Si Martine témoignait, elle vous dirait peut être que j’ai été « chiante ». J’avoue avoir été assez exigeante et lui avoir fait défaire bon nombre de rangs… Mais le résultat en valait vraiment le coup, non ? Mon seul petit regret, pour l’instant, est de ne pas avoir encore vu le gilet sur le modèle… J’ai hâte !

Détail ouvrageIci, vous pouvez voir la partie basse du gilet avec le motif qui part en biais… Une création Martine !

Gilet-TorseLà, il s’agit de la partie haute du gilet. Nous avons choisi de placer 3 boutons (en forme de fleur… Cécyle est une fillette coquette) et de laisser le bas ouvert.

Cécyle portera ce gilet par-dessus un sous-pull de couleur afin que le motif puisse bien ressortir.

Si ce gilet a été une grande première première pour Martine, il l’a été pour moi aussi. Et oui, c’était la première fois que j’enseignais « vraiment » le crochet et ai suivi la réalisation d’un ouvrage de A à Z… Et c’est que j’y prendrais goût ! Au-delà du simple fait de transmettre un savoir-faire, j’ai pu partager de réels moments de complicité avec Martine, et ça, ça n’a pas de prix.

Moralité : Crocheter c’est bien, le faire partager c’est mieux !

 

0

C’est lundi, que crochetez-vous, cousez-vous, tricotez-vous, créez-vous… Bref, que faites-vous ? #14

La semaine passé ne fut pas très productive pour cause de Parrain à la maison… Et de grand ménage post-visite du parrain !

Je continue mes petits projets pour la rentrée (en octobre) tout autour du granny… J’ai même commencé à en assembler !

Carrés granny

Ça n’a l’air de rien comme ça, mais on va essayer de transformer ça en petite trousse avec un petit tour de passe-passe à base de récup’ ! Et oui ! Mamina était la reine du détournement des chutes de tissus… Niveau récup’, ici, j’ai fait les fonds du Coffre à dentelles en utilisant des restes de bobines de coton perlé et à repriser, qui, visiblement, ne datent pas d’hier !

 

J’ai aussi travaillé avec Martine, ma « disciple » et nouvelle venue dans notre communauté de crocheteuses ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que pour une première, le résultat dépasse mes espérances. D’ailleurs, son ouvrage fera l’objet d’un article tellement c’est joli tout plein… En attendant, je vous laisse admirer un détail :

Détail ouvrage

Pour terminer ce petit point, je tenais à vous montrer à quel point la vie est dure ici… Voilà mon petit Tigrou, le chat qui a élu domicile dans le jardin de ma résidence et, visiblement, son quotidien est vraiment rude !

Tigrou

Tigrou 2

0

J’ai testé pour vous… Les chaussures tonifiantes !

Offertes par ma mère il y a 4 ans, elles dormaient au fond d’un placard, puis, depuis le déménagement, au fond d’un carton…

Entre temps, j’ai été opérée de la cheville et, par conséquent, j’ai dû me chausser avec beaucoup de prudence jusqu’à complète cicatrisation. Depuis le 16  avril, c’est chose faite, officiellement.

La chaleur de l’été aidant, ma cheville a tendance à enfler et là, je me dis, pourquoi ne pas exhumer ces fameuses « chaussures minceur » qui, selon la réclame, se vantent d’améliorer la circulation mais aussi de diminuer la peau d’orange. Le principe est simple : la semelle est plus épaisse à l’avant qu’à l’arrière, et de fait, fait marcher sur le talon.

Claquettes tonifiantes

 

Après 4 semaines de port quotidien, force est de constater que l’oedème de ma cheville (que me traînerait tout le reste de ma vie) a bien diminuer, passant de la taille d’un oeuf de poule à celle d’un oeuf de pigeon.

Mais pas que… Ayant été toute ma vie obèse très enveloppée, j’ai accumulé pas mal de cellulite et, après mon régime draconien, je me suis retrouvée avec une peau un peu flasque une sacrée peau d’orange. Sans être significativement amincies, mes cuisses ont un aspect plus lisse. De plus, ayant régulièrement mal au dos, voire des crises de sciatique, je me sens nettement soulagée de ce côté-là.

Point négatif (et non négligeable) : je ne les mets qu’à la maison… Bah oui, on ne pas franchement que c’est élégant !!! Alors, je laisse à mon mari l’infini privilège de me voir chaussée de la sorte !

Test plutôt positif en ce qui me concerne… Du coup, un investissement pour la version hiver est prévu !