La prophétie de Saint Malachie

(article publié le 1er mars 2013)

La fin du monde selon les Mayas, c’est fait… Oubliez Nostradamus et Paco Rabanne ! Passons donc maintenant à l’apocalypse version Saint Malachie. Enfin au Jugement dernier… Soyons précis !

Pourquoi donc un tel article ? Nous, malheureux catholiques, venons de vivre notre première journée sans chef, après la renonciation de l’Élu et nous préparons à la tenue du prochain conclave. Non ! En fait, j’ai toujours entendu parler des contes et légendes, des prophéties et des croyances… Et aussi, parce que tout ça m’a fait repensé à un détail très drôle chez Mamina : la statuette du Bienheureux Jean-Paul II s’est toujours tenue fièrement dressée à côté d’une… carafe de forme phallique exagérant un peu la réalité ! Et elle tenait fermement à ce mélange des genres !

Je pense qu’aujourd’hui, toutes ces réflexions sur la fin du monde la ferait bien rire.

La prophétie de Saint Malachie dans Culture jp-2-300x153

Alors, Saint Malachie, qui est-ce donc ? Un évêque irlandais (1094-1148), moine bénédictin. Il reçut le titre de légat du Pape par Innocent II. Il passera à la postérité en écrivant une liste de 112 papes, le premier étant Célestin II, successeur d’Innocent II, et chacun se voyant attribuer une devise relative à son pontificat. Elle fut, évidemment, annotée ultérieurement.

La liste des 112 prophéties se trouve ICI. Pour ceux qui ne veulent toutes les lire, je vous en sélectionné quelques unes. Morceaux choisis :

1. D’un château sur le Tibre. (Ex castro Tiberis)
Célestin II (26 septembre 1143-1144). Mort le 8 mars à Rome

Guido di Citta di Castello. Ce pape naquit à Citta di Castello, la cité du Château, petite ville située sur le Tibre, en Toscane.

2. L’ennemi expulsé.(Inimicus expulsus)
Lucius II (10 mars 1144-1145). Mort le 25 février à Rome

Gérard de Ciaccianemici, né à Bologne. Caccianemici vient de cacciare=chasseret nemici=les ennemis.

31. De l’ermitage élevé aux grandeurs.(Ex eremo celsus)
Célestin V (5 juillet 1294-13 décembre 1294). Mort le 19 mai 1296

Petro Angelari du Murrone, ermite octogénaire, il végétait dans sa crasse au fond d’une grotte sur les sommets du Murrone
Nommé Pierre de Mouron, ermite.

36. Le corbeau schismatique.(Corvus Schismaticus)
Nicolas V, antipape (1328-1330).

Pierre Rainalucci, qui fut appelé F. pierre de Corbière, antipape contre Jean XII (donc schismatique).

80. Dans la tribulation de la paix.(In tribulatione pacis)
Grégoire XV (9 février 1621-1623). Mort le 8 juillet

Alessandro Ludovisi avait étudié le droit (Alexandre Ludovisi). Il institua la Propagande, rédigea la Contitution sur la législation des Conclaves et réforma les ordres religieux dans le but de rendre la paix au monde chrétien si troublé par la guerre de Trente ans.

104. La religion dépeuplée.(Religio depopulata)                                 
Benoît XV (3 septembre 1914-1922). Mort le 22 janvier

Giacomo Della Chiesa (Jacques della Chiesa) vécut toute la guerre mondiale 1914-18 et la révolution mondiale consécutive qui dépeupla vraiment les temples de la chrétienté.

109. De la moitié de la lune.(De mediate lunae)                                      
Jean-Paul I (26 août 1978-1978). Mort le 28 septembre à 23 heures

Albino Luciani, né a Canale d’Agordo, non loin de Belluno. Elu lors de la demi-lune, Jean-Paul I mourut 33 jours plus tard.

110. Du labeur du soleil.(De Labore solis)                                               
Jean-Paul II (16 octobre 1978-2 avril 2005).

le cardinal Carol Wojtyla. Il vient de Pologne, à l’Est (comme le soleil levant venant de l’Est). De plus son rôle de voyageur infatigable, tel le soleil apportant partout la bonne parole (lumière), peut en faire un soleil très travailleur. Son pontificat durera 28 ans, la durée d’un cycle solaire calendaire. Né le jour d’une éclipse de soleil, il fut enterré le 8 avril 2005, jour d’éclipse.

111. De la gloire de l’olive. (De gloria olivae)                                               
Benoit XVI (19 avril 2005 – 28 février 2013).

le cardinal Joseph Alois Ratzinger. Il est élu peu après le dimanche des Rameaux. Le 11 mai 2009, lors de son voyage à Jérusalem, Benoît XVI a planté un olivier dans le jardin du chef de l’État à Jérusalem, symbole de paix. Le lendemain,12 mai, il a célébré la messe dans la vallée de Josaphat, aux pieds du Mont des Oliviers et en contrebas de Gethsémani, le jardin des Oliviers, et de l’agonie du Christ. Certains évoquent l’épisode du baiser de Judas, sur le Mont des oliviers… peut-être en référence à sa renonciation ! Renonciation historique, saluant ainsi la sagesse de ce Pape qui ne se sentait plus à la hauteur de sa tâche.

Et, celle qui nous intéresse le plus :

112. « Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siègera Pierre Romain, qui paîtra ses brebis au milieu de nombreuses tribulations. Ces tribulations passées, la ville aux sept collines sera détruite et le juge redoutable jugera son peuple. »

« In pfecutione. extrema S.R.E. fedebit. Petrus Romanus, qui pafcet oues in multis tribulationibus : quibus tranfactis ciuitas fepticollis diruetur, & Iudex tremêdus indicabit populum fuum.Finis. »

Alors, notre prochain Pape osera-t-il se nommer Pierre II ? Sera-t-il italien ? La fin du monde est-elle (encore) proche ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s